Comment dire n’importe quoi

Et voila, le Doc Mailloux revient avec des propos incroyables. Selon lui, le Saguenay est peuplé par un grand nombre de tarés, rien de moins! Il dit également ne pas être surpris que la ville de Saguenay est la capitale nationale du chômage. Tout ca à cause du magnifique mémoire déposé par le maire de Chicoutimi, M. Tremblay.

Une opinion comme ca venant d’un supposé professionnel diplômé, on peut considérer ca comme un acte des plus stupides qui ne vaut pas la peine d’être entendu. Pourtant, étant donné que c’est le Doc Mailloux, on va encore mettre ses idées aberrrantes dans les journaux vu qu’il est une personne médiatisée. Et dire que ce « psychiatre » a des clients assidus qui le défendent devant l’ordre des psychiatres du Québec. Who’s dumb? Dès maintenant, veuillez mettre le Doc dans le même endroit que devrait être Paris Hilton: l’ignorance.

bilde1.jpg

Damn!!!

Commentaire après avoir pris le métro pendant l’heure de pointe (chose que je n’avais pas fait depuis un bail): Pourquoi, mais pourquoi, est-ce qu’il y a toujours quelqu’un qui pue a coté de toi?

Subway rush hour!!

Apprendre de nos erreurs?

Avec la sortie du film J’ai serré la main du diable tiré du livre de Roméo Dallaire, je me pose de sérieuses questions quant à son bien-fondé. Premièrement, ce n’est pas la premiere fiction qui sort sur la tragédie du Rwanda; il ne fait partie que d’une lignée médiatique qui a été dédié a ce sujet. Il a tellement eu de livres, de films et de documents sur ce sujet qu’ on dirait que toute cette envolée des différents médias de la reconnaissance du génocide (plus de 10 après, il faut remarquer) ne vient que nous déculpabiliser de nos péchés et nous permettre de continuer à vivre sans jamais avoir a réagir à notre inaction globale. Parlons de l’histoire, allons brailler au cinéma, ayons une petite pensée pour eux et nous pourrons ainsi nous laver des ses erreurs. Ce n’est pas mon point de vue.

Contrairement au général Dallaire qui croit que ces films vont nous permettre d’apprendre de nos erreurs, je ne crois pas que ces méga-productions viennent régler cette situation. Nous n’avons qu’a voir ce qui se passe au Darfour en ce moment pour comprendre que les instances gouvernementales piétinent une fois de plus, sans jamais prendre en compte nos erreurs passés. Ces productions ne font que rajouter une plus grande dichotomie entre le monde occidental et le tiers-monde, un fossé qui devient de plus en profond. Il faut enseigner ces drames, ne pas les oublier, mais ne pas les transformer en un produit artistique et médiatique qui va être classé par la suite auprès des Rambo et des Starship troopers. Cette histoire doit garder sa réalité afin qu’on comprenne réellement nos erreurs. Bref, ayons une pensée pour le Darfour et ne jamais oublier de faire la différence entre la fiction et la réalité…

Roy Dupuis et Roméo Dallaire

Coeur léger, s’abstenir…

Je me demande si cette mademoiselle s’est retrouvé un boulot d’animatrice après ceci. On peut voir ce que les effets du stress peuvent faire sur quelqu’un, surtout quand l’émission est en direct. Pour ceux qui ont le coeur léger, vous n’êtes pas obligé de regarder le vidéo…surtout si vous n’aimez pas voir quelqu’un qui est malade devant vous!!!

450

Aujourd’hui, c’est la merveilleuse journée sans voiture à Montréal. On pourrait également nommer cette journée  » Hommage aux 450″ ou « journée de la déculpabilisation » et ca ne changerait pas grand chose. Je ne dis pas que c’est mauvais, mais la plupart des personnes croient qu’ils ont fait leurs B.A pour le restant de l’année en participant au happening. À cette journée, il faudrait rajouter des moyens durables, et ce, à l’année longue. Une meilleure conscientisation et une valorisation du transport en commun dans l’imaginaire collectif serait une première étape à franchir. Je prends mon vélo à chaque matin pour aller travailler et sincèrement, je n’ai vu aucune différence sur la rue Sherbrooke. Oui en fait, il y avait une différence: les stationnements en dehors du centre-ville étaient déjà à pleine capacité a 8h le matin. De plus, la zone interdite aux voitures est une minime partie du trafic journalier qui se déverse sur l’île de Montréal. Cet appel n’est pas uniquement une question environnementale: ceci est un débat sur nos habitudes de vie, une question sociale qui a des répercussions qui va bien plus loin que le réchauffement de la planète (santé, obesité, avenir de nos enfants). Patrick Lagacé exprime bien son point de vue ce matin, que je partage d’ailleurs. La fin justifie les moyens, et les moyens utilisés nous amènent de plus en plus vers une fin éventuelle….

Sans voiture